Livres & revues

À la découverte des minéraux et pierres précieuses


Auteur : François Farges

Photographies : François Farges et divers (liste en dernière page)

Illustrations et assemblages : Jean Sesiano

Editions : Dunod

Tirage : non communiqué

Nombre de pages : 208 pages, format 13,5x21cm

Langue : Français

Prix conseillé : 15,90 €

Disponibilité (en France) : en vente en ligne sur Amazon - Livraison gratuite


Contenu :

Mode d’emploi

1e partie : Découvrir les minéraux et les gemmes

  • Qu’est qu’un minéral ?
  • Comment identifier les minéraux
  • Les gemmes
  • Les collections de minéraux et de gemmes
  • Comment se forment les minéraux ?
  • Clé d’identification

2e partie : Reconnaître les minéraux et les gemmes

  • Carnet pratique
  • Glossaire
  • Index des minéraux


Commentaires

La maquette

Les ouvrages pour débutants sont souvent intéressants pour la variété des maquettes que l’on y rencontre. Celle de ce livre est particulièrement attractive, à la fois aérée et dense. Les titres sont bien visibles. Les polices de caractères sont agréables. Les textes sont illustrés par des photographies et des dessins qui éclaircissent efficacement le texte. Pour chaque minéral, outre les renseignements habituels sur ses caractéristiques et ses gisements, il y a une cartouche décrivant une anecdote ou un point particulier.

Les photographies

Les photographies sont de petites dimensions et techniques. Certains spécimens photographiés comptent parmi les meilleurs du Muséum d’Histoire Naturelle de Paris.

Le style d’écriture

L’auteur manie un français approximatif émaillé d’anglicismes.

Impressions générales

Cet ouvrage nous offre un cas jusque là inédit dans la littérature minéralogique.

Dès le premier paragraphe de la première partie, l’auteur nous dévoile son intention de nous parler de la minéralogie récente qui « s’est invitée dans de nombreux débats scientifiques : depuis l’origine des planètes et de la vie à la stratégie économique et politique, en passant par les matériaux « high-tech », la protection des environnements et de la biodiversité, la préservation du patrimoine culturel et la santé humaine ».

Dans la suite du texte, il ne manque par de mentionner de nombreux résultats et débats qui ont fait frémir les participants des derniers congrès internationaux de minéralogie. On apprend ainsi que le liquide n’est pas plus « désorganisé » qu’un cristal. Plus loin, que l’opale est une roche, au mieux un « minéraloïde », que l’eau (liquide et gazeuse) est un minéral, que les « rouilles vertes » sont un domaine nouveau peu connu, etc.

On l’aura compris, l’auteur a voulu se faire plaisir avec les dernières découvertes qu’il connaît et ses prises de positions. Ce n’est pas critiquable en soit. Mais ces révélations ne risquent-elles pas de semer des confusions dans le lectorat « cœur de cible » de ce type d’ouvrage, à savoir des enfants entre 8 et 12 ans typiquement ? Et aussi de choquer quelques scientifiques du plus haut niveau qui ne se complaisent pas dans plusieurs de ces sujets polémiques.

La deuxième caractéristique de ce livre est plus critiquable. Elle constitue une sorte de revanche pour le minéralogiste débutant. Elle tient au nombre élevé d’erreurs choquantes qui ne relèvent ni de la coquille, ni du lapsus et autres étourderies inévitables dans tout texte. Un bon nombre tient aux mots utilisés : l’étymologie devient nomenclature, les minéraux ont des habits, par exemple. Il y a beaucoup d’affirmations fausses comme « les minéraux ont toutes les couleurs de l’arc-en-ciel » (heureusement ils en ont plus : cherchez le rose, le blanc, le noir et le marron dans l’arc-en-ciel). Plus grave, il semble que l’auteur n’ait jamais pratiqué une mesure de densité. A ceci s’ajoute des faiblesses, des textes où l’auteur ne dit rien ou bien donne des opinions très personnelles. On apprend, par exemple, que la barytine est un minéral « caméléon », que les feldspaths ont « des variétés extraordinaires ». Les textes sur la gemmologie sont à éviter. L’auteur commence par nous faire savoir que les « gemmes se classent en « pierres précieuses » et « pierres fines » ou « semi-précieuses » sans préciser que ces classifications ne sont plus acceptées (pour être plus précis, elles sont illégales !). Il confond masse et poids (erreur qu’aucun commerçant sérieux ne ferait). Que dire de l’aigue-marine verte ? Et beaucoup de coquilles, lapsus et étourderies comme ce trapézoèdre sans trapèze (l’erreur est fréquente) ou cet autre trapézoèdre octaédrique (ce qui est plus original).

N’accablons pas l’auteur. On s’arrêtera là.

Conclusion

Voilà donc un texte, où l’auteur est au courant des dernières découvertes mais connaît mal le B A BA de la minéralogie. Voilà aussi une situation bien cruelle pour les éditions Dunod réputées pour le sérieux de leurs publications.

Association responsable respectueuse de l'environnement et du patrimoine géologique

La charte

Tous les adhérents de Géopolis s'engagent à respecter notre charte visant à protéger les sites de récolte et valoriser leur collection de minéraux et/ou fossiles

Dossiers juridiques

Géopolis édite des dossiers juridiques pour ses adhérents afin de répondre aux questions fréquentes posées sur le statut du minéraux, du prélèvement,...

L'assurance

Disponible depuis la création de Géopolis en partenariat avec la MAIF, elle couvre les associations et adhérents pour leur manifestation ou sortie de terrain.

Expositions

Géopolis conçoit et créé des expositions disponibles à la location en partenariat avec les plus grands chercheurs des domaines concernés en géologie, minéralogie,....