Sainte-Marie-aux-Mines

Ce jeudi 27 juin est le jour d’ouverture officielle de la foire aux minéraux de Sainte-Marie-aux-Mines. Dès 9 h du matin les parkings sont presque saturés. Malgré un temps exécrable, pluvieux et froid, l’affluence est grande.

Le point fort est l’ouverture de l’exposition « trésors cachés d’Amérique » qui présentent des spécimens du Canada, des Etats-Unis et du Mexique (qui a été englobé (ALENA oblige) dans la partie Nord du continent américain. Les photos jointes permettent d’apprécier la qualité de cette exposition. Le seul point de regret est la qualité perfectible de certains (longs) textes de présentation.

A la demande des lecteurs de notre site, une photo ci-jointe permet de se faire une idée sur la qualité des nouvelles hémimorphites de la République du Congo (avec mes excuses pour la confusion, dans le précédent compte-rendu, avec la smithsonite : je suis définitivement fâché avec la calamine).

La Chine est toujours la source majeure de minéraux hors norme. Cette année, il y a eu des calcites géantes (cristaux pluridécimétriques) en placages métriques ! Pour les minéralogistes plus spécialisés, il y avait un lot d’analcimes, de la région de Daye (Hubeï). Leur caractéristique est que les cristaux (au maximum de 3,5 cm de diamètre) sont gemmes. Les meilleurs spécimens gemmes connus auparavant sont les classiques cristaux des îles éoliennes (rarement centimétriques et aujourd’hui bien rares). Quelques marchands américains ont vite compris qu’ils avaient affaire à une nouvelle gemme. On trouve aussi des spécimens exceptionnels plus sporadiques comme une grande blende vert-jaune transparente (variété cléophane) de Huanggangliang (Mongolie intérieure, Chine)

Plus anecdotique, dans les demi-nouveautés, on a remarqué de belles hématites du Brésil, ainsi qu’un beau lot de galènes de Mandan (Bulgarie).



Trésors cachés d’Amérique : Ors américains


 

Trésors caché d’Amérique : Le célèbre buisson d’or du MNHN


 

Trésors caché d’Amérique : Argent du Mexique


 

Trésors cachés d’Amérique : Kunzites de Californie (don Pierpont Morgane au MNHN)..


 

Trésors cachés d’Amérique : très belles rubellite de Pala (Californie).


 

Trésors cachés d’Amérique : des textes (un peu longs).


 

Trésors cachés d’Amérique : Minéraux variés de l’ENSMP (Mines Paris Tech).


 

Trésors cachés d’Amérique : Une grande azurite de Bisbee (inphotographiable).


 

Trésors cachés d’Amérique :  Beaux grossulaires de Jeffrey (Québec, Canada).


 

Trésors cachés d’Amérique : Benitoite et et neptunites de Californie.


 

Trésors cachés d’Amérique : Les gemmes n’ont pas été oubliées.


 

Hémimorphite de République du Congo.


 

Une des grandes calcites chinoises.



Sphalérite « cléophane » de Huanggangliang (Chine).


 

Un beau lot d’hématite du Brésil.


 

Une très belle galène de Mandan (Bulgarie).


La foire aux minéraux de Sainte-Marie-aux-Mines fête cette année ses 50 ans. C’est aussi la deuxième année où nous avons à regretter l’absence de Michel Schwab.

L’importance des contraintes logistiques de cette manifestation a conduit la municipalité à installer précocement toutes les tentes et à autoriser l’installation des premiers stands le dimanche. Le lundi a connu un début d’activité notable et la plupart des stands étaient installés le mardi. Les quelques retardataires ont ouvert le mercredi. Ainsi tout sera prêt pour l’ouverture des journées professionnelles du jeudi et vendredi.

Suite aux remarques sur l’absence de manifestation culturelle de prestige l’an dernier, cette année se distingue par une exposition exceptionnelle "Trésors cachés d'Amérique" qui a été conçue par la société Alain Martaud Minéraux avec l'aide précieuse des collaborateurs de la galerie de minéralogie du MNHN: MM. Ferraris, Parodi et Fourcault et avec la participation bénévole et efficace de : Caroline et Marielle Martaud, Gaetan Moro, Dominique Thauvin et Michel Coutadeur, tous adhérents à Géopolis; ainsi que Eloise Gaillou, conservateur du musée d'histoire naturelle de Los Angeles. Cette exposition a bénéficié du soutien du personnel de Mineral et Gem ainsi que les services techniques municipaux. Les pièces prêtées proviennent du Muséum National d'Histoire Naturelle, du musée de Mines ParisTech, du musée de l'Université de Strasbourg, des sociétés Philippe Goldstein Création, Spirifer (Thomas Praskiers), Trinity Mineral (John Veevaert).

. Son thème est la minéralogie des Amériques. Elle présente quelques « highlights » du MNHN (jardin des Plantes), de l’ENSMP (Mine Paris-Tech) complétés par des apports de collections privées. Une présentation plus détaillée sera faite après son ouverture prévue le jeudi 27. En parallèle une exposition de minéraux saintmariens est installée au site de tourisme minier de TELLURE.

Pour ce qui est de l’animation paléontologique, on retrouve en divers endroits du show et de la ville les dinosaures en plastique qui avaient envahi les pelouses de l’ex-Inn Suites de Tucson.

Un nouveau lieu de vente a été inauguré cette année. Il s’agit du Parc arboré Jules Simon, situé à proximité du théâtre. Ce nouveau lieu ne saurait occulter une constatation que l’on pressentait depuis l’an dernier. De plus en plus de grands marchands internationaux n’exposent plus à Sainte-Marie. Ils viennent néanmoins, pour conclure des transactions souvent amorcées quelques temps auparavant par courriel. Quant aux grands collectionneurs, il sont de moins en moins nombreux (bien peu peuvent se permettre de venir 4 jours avant l’ouverture officielle pour rivaliser avec les professionnels). La foire garde cependant son dynamisme (n’oublions pas que son succès commercial tient à ce que beaucoup de commerçants, impliqués dans les minéraux et les cadeaux souvenirs viennent s’y approvisionner avant la saison estivale).

En terme de nouveautés minéralogiques, la cinquantième édition se distingue par la confirmation de l’excellence des bournonites de Bolivie déjà entr’aperçues à Tucson. Cependant, la principale nouveauté (toujours dans un registre sulfuré) est l’apparition (pressentie depuis 6 mois) de gersdorfittes d’Aït Ahmane à proximité de Bou Azzer (Maroc). Ces gersdorfittes sont connues depuis longtemps en cristaux centimétriques ternes, souvent abîmés  et en groupes ne dépassant pas quelques individus. Il y a 3 ans, on avait pu voir quelques groupes de qualité proposés à des prix invraisemblables. Les beaux spécimens de cette année forment des groupes décimétriques avec parfois quelques cristaux pluricentimétriques. On regrettera qu’ils soient souvent dégagés de la calcite par une attaque acide qui les noircit et les ternit un peu. Toujours du Maroc, on a vu quelques spécimens d’apatite jaunes (jusqu’à 5 cm) géodiques, associé à de la calcite cristallisée, issues d’un petit prospect à Anmezi.

Les travaux, commencés il y a une année environ en République du Congo (ex-Brazzaville) ont fait sortir d’intéressantes smithsonites bleu pâle en groupements mamelonnés cristallisés atteignant jusqu’à 30 cm. Les dioptases qui paraissaient pleines de promesses au vu de quelques spécimens récoltés naguère, sont plutôt décevantes.

Les autre nouvelles sont l’annonce de la parution des deux livres, l’un intitulé « Minéralogie de la France » et l’autre « Minéraux de Sainte-Marie-aux-Mines. Des notes de lectures seront publiées sur le site de GEOPOLIS.

Pour finir remercions l’initiative de MM Parodi et Ferraris du MNHN et Mme Gaillou du muséum de Los Angeles pour l’organisation d’une réception qui a réuni « la crème » de la minéralogie française et américaine. Entre deux verres de vins d’Alsace, les premières impressions et commentaires allèrent bon train, quelques confidences sur des découvertes récentes et des minéraux majeurs se sont échangés.

Comme on le voit, ces quatre jours d’installation ont déjà été très actifs et instructifs, ne doutons pas qu’il en sera de même pour les jours d’ouverture officielle. Rendez-vous au prochain compte-rendu.


L’installation à partir du 4e jour avant l’ouverture a beaucoup contribuer à réduire le stress



MM Thauvin et Coutadeur membres de Geopolis, assistés de Mme Gaillou, conservatrice à Los Angeles, lors de l’installation de l’exposition sur les minéraux des Amériques


Quelques rencontres paléontologiques dans le parc nouvellement ouvert  à la vente


Quelques belles bournonites récentes de Bolivie


Une  gersdorffite du Maroc

Association responsable respectueuse de l'environnement et du patrimoine géologique

La charte

Tous les adhérents de Géopolis s'engagent à respecter notre charte visant à protéger les sites de récolte et valoriser leur collection de minéraux et/ou fossiles

Dossiers juridiques

Géopolis édite des dossiers juridiques pour ses adhérents afin de répondre aux questions fréquentes posées sur le statut du minéraux, du prélèvement,...

L'assurance

Disponible depuis la création de Géopolis en partenariat avec la MAIF, elle couvre les associations et adhérents pour leur manifestation ou sortie de terrain.

Expositions

Géopolis conçoit et créé des expositions disponibles à la location en partenariat avec les plus grands chercheurs des domaines concernés en géologie, minéralogie,....